1. Descends, assieds-toi dans la poussière, vierge fille de Babylone; assieds-toi à terre; il n'y a plus de trône pour la fille des Chaldéens, on ne l'appellera plus molle et délicate.

2. Prends la meule, et mouds la farine; dévoile ta honte, découvre ton épaule, montre tes jambes, passe les fleuves.

3. Ton ignominie sera découverte, et ton opprobre paraîtra; Je Me vengerai et personne ne Me résistera.

4. Notre rédempteur, c'est Celui qui a pour nom le Seigneur des armées, le Saint d'Israël.

5. Assieds-toi en silence, et entre dans les ténèbres, fille des Chaldéens, car tu ne seras plus appelée la souveraine des royaumes.

6. J'étais irrité contre Mon peuple, J'avais profané Mon héritage, et Je les avais livrés entre tes mains, et tu n'as pas eu de compassion pour eux, mais tu as appesanti cruellement ton joug sur le vieillard.

7. Et tu as dit : Je serai à jamais souveraine. Tu n'as pas mis ceci dans ton coeur, et tu ne t'es pas souvenue de ta fin.

8. Ecoute maintenant ceci, délicate, toi qui demeures dans la sécurité, qui dis dans ton coeur : C'est moi, et il n'y en a pas d'autre que moi; je ne deviendrai pas veuve, et je ne connaîtrai pas la stérilité.

9. Ces deux choses viendront tout à coup sur toi en un seul jour, la stérilité et le veuvage; tous ces malheurs viendront sur toi, à cause de la multitude de tes maléfices et de l'extrême dureté de tes enchanteurs.

10. Tu avais confiance dans ta méchanceté, et tu as dit : Il n'y a personne qui me vois. Ta sagesse et ta science même t'ont séduite. Et tu as dit dans ton coeur : C'est moi, et il n'y en a pas d'autre que moi.

11. Le mal viendra sur toi, et tu ne sauras pas d'où il vient; la calamité fondra sur toi, et tu ne pourras t'en défendre; il viendra tout à coup sur toi une misère que tu n'auras pas prévue.

12. Reste avec tes enchanteurs, et avec la multitude de tes maléfices auxquels tu t'es appliquée depuis ta jeunesse, et vois si tu en tireras quelque avantage, ou si tu peux devenir plus forte.

13. Tu t'es fatiguée par la multitude de tes conseillers. Qu'ils se lèvent et qu'ils te sauvent, ces augures du ciel qui contemplent les astres, et qui comptent les mois pour t'annoncer d'après cela ce qui doit t'arriver.

14. Ils sont devenus comme la paille, le feu les a dévorés; ils ne délivreront pas leur vie de la flamme; ce ne sera pas du charbon dont on se chauffe, ni un feu auprès duquel on s'assied.

15. Voilà ce que deviendront toutes ces choses auxquelles tu t'étais fatiguée. Ceux avec qui tu as trafiqué depuis ta jeunesse se disperseront chacun de son côté, et il n'y aura personne pour te sauver.





“Agradeça sempre ao Pai eterno por sua infinita misericórdia”. São Padre Pio de Pietrelcina