Fundar 104 Resultados para: Daniel

  • Lorsqu'ils eurent été séparés l'un de l'autre, Daniel appela l'un d'eux et lui dit: Homme vieilli dans le mal, les péchés que tu as commis autrefois viennent maintenant sur toi, (Daniel 13, 52)

  • Daniel lui dit: Vraiment tu as menti contre ta tête; car voici que l'Ange de Dieu, ayant reçu son arrêt, te coupera en deux. (Daniel 13, 55)

  • Daniel lui dit: Vraiment, toi aussi tu as menti contre ta tête; car l'Ange du Seigneur est prêt, et tient l'épée pour te couper par le milieu et pour te faire mourir. (Daniel 13, 59)

  • Et ils s'élevèrent contre les deux vieillards, que Daniel avait convaincus par leur propre bouche d'avoir porté un faux témoignage; et ils leur firent le mal qu'ils avaient fait à leur prochain, (Daniel 13, 61)

  • Quant à Daniel, il devint grand devant le peuple, depuis ce jour-là et dans la suite. (Daniel 13, 64)

  • Daniel mangeait à la table du roi, qui l'avait honoré au-dessus de tous ses amis. (Daniel 14, 1)

  • Le roi l'honorait aussi, et il allait chaque jour l'adorer. Mais Daniel adorait son Dieu. Et le roi lui dit: Pourquoi n'adores-tu pas Bel? (Daniel 14, 3)

  • Le roi dit à Daniel: Est-ce que Bel ne te paraît pas être un Dieu vivant? Ne vois-tu pas combien il mange et boit chaque jour? (Daniel 14, 5)

  • Daniel dit en souriant: Ne t'y trompe pas, ô roi; ce Bel est de boue au dedans et d'airain au dehors, et il ne mange jamais. (Daniel 14, 6)

  • Mais si vous me montrez que c'est Bel qui mange tout cela, Daniel mourra, parce qu'il a blasphémé contre Bel. Daniel dit au roi: Qu'il soit fait selon ta parole. (Daniel 14, 8)

  • Or les prêtres de Bel étaient au nombre de soixante-dix, sans compter leurs femmes, leurs enfants et leurs petits-enfants. Le roi alla avec Daniel au temple de Bel, (Daniel 14, 9)

  • et quand tu seras entré demain matin, si tu ne trouves pas que Bel a tout mangé, nous mourrons, nous, ou Daniel qui a menti contre nous. (Daniel 14, 11)


“Subamos sem nos cansarmos, sob a celeste vista do Salvador. Distanciemo-nos das afeições terrenas. Despojemo-nos do homem velho e vistamo-nos do homem novo. Aspiremos à felicidade que nos está reservada.” São Padre Pio de Pietrelcina