Trouvé 12 Résultats pour: Barac

  • Elle envoya donc chercher Barac, fils d'Abinoëm, de Cédès de Nephthali; et elle lui dit: Le Seigneur Dieu d'Israël vous donne cet ordre: Allez et menez l'armée sur la montagne de Thabor. Prenez avec vous dix mille combattants des enfants de Nephthali et des enfants de Zabulon. (Juges 4, 6)

  • Barac lui répondit: Si vous venez avec moi, j'irai; si vous ne voulez point venir avec moi, je n'irai pas. (Juges 4, 8)

  • Débora lui dit: J'irai avec vous; mais la victoire pour cette fois ne vous sera point attribuée, parce que Sisara sera livré entre les mains d'une femme. Débora partit donc aussitôt, et s'en alla à Cédès avec Barac. (Juges 4, 9)

  • Alors Sisara fut averti que Barac, fils d'Abinoëm, avait gravi la montagne du Thabor. (Juges 4, 12)

  • Alors Débora dit à Barac: Lève-toi; car voici le jour où le Seigneur a livré Sisara entre vos mains; c'est le Seigneur Lui-même qui vous conduit. Barac descendit donc du mont Thabor, et ses dix mille combattants avec lui. (Juges 4, 14)

  • En même temps le Seigneur frappa de terreur Sisara, tous ses chars et toutes ses troupes, et les fit passer au fil de l'épée aux yeux de Barac; de sorte que Sisara, sautant à bas de son char, s'enfuit à pied. (Juges 4, 15)

  • Barac poursuivit les chars qui s'enfuyaient et toutes les troupes jusqu'à Haroseth des Gentils, et toute cette multitude si nombreuse d'ennemis fut taillée en pièces sans qu'il en restât un seul. (Juges 4, 16)

  • Et voici que Barac arriva, poursuivant Sisara; et Jahel, étant sortie au devant de lui, lui dit: Venez, je vous montrerai l'homme que vous cherchez. Il entra chez elle, et il vit Sisara étendu mort, et le pieu enfoncé dans sa tempe. (Juges 4, 22)

  • En ce jour-là Débora et Barac, fils d'Abinoëm, chantèrent ce cantique: (Juges 5, 1)

  • Lève-toi, lève-toi, Débora; lève-toi, lève-toi, et chante un cantique. Levez-vous, Barac; saisissez vos captifs, fils d'Abinoëm. (Juges 5, 12)

  • Les chefs d'Issachar ont été avec Débora; ils ont suivi les traces de Barac, qui s'est jeté dans le péril comme s'il se fût précipité dans un abîme. Ruben alors était divisé contre lui-même, et les plus vaillants de cette tribu n'ont fait autre chose que disputer. (Juges 5, 15)

  • Et que dirai-je encore? Car le temps me manquerait, si je parlais de Gédéon, de Barac, de Samson, de Jephté, de David, de Samuel et des prophètes; (Hébreux 11, 32)


“O Senhor se comunica conosco à medida que nos libertamos do nosso apego aos sentidos, que sacrificamos nossa vontade própria e que edificamos nossa vida na humildade.” São Padre Pio de Pietrelcina