1. Qu'il me donne un baiser de sa bouche; car tes mamelles sont meilleures que le vin,

2. suaves comme les parfums les plus exquis. Ton nom est une huile répandue; c'est pourquoi les jeunes filles t'aiment.

3. Entraîne-moi après toi; nous courrons à l'odeur de tes parfums. Le roi m'a introduite dans ses celliers. Nous tressaillirons, et nous serons ravies de joie en toi, nous souvenant de tes mamelles meilleures que le vin. Les coeurs droits te chérissent.

4. Je suis noire, mais je suis belle, filles de Jérusalem, comme les tentes de Cédar, comme les pavillons de Salomon.

5. Ne considérez pas que je suis devenue brune; c'est le soleil qui m'a ôté mon éclat. Les fils de ma mère se sont élevés contre moi; ils m'ont établie gardienne dans les vignes; je n'ai pas gardé ma vigne.

6. Apprends-moi, ô toi qu'aime mon âme, où tu fais paître tes brebis, où tu te reposes à midi, de peur que je ne m'égare en suivant les troupeaux de tes compagnons.

7. Si tu ne te connais pas, ô la plus belle d'entre les femmes, sors, et va à la suite des troupeaux, et fais paître tes chevreaux près des tentes des pasteurs.

8. Je t'ai comparée, ô mon amie, à mes coursiers attelés aux chars du Pharaon.

9. Tes joues ont la beauté de la tourterelle; ton cou brille comme un collier.

10. Nous te ferons des chaînes d'or, marquetées d'argent.

11. Tandis que le roi était sur son lit de table, mon nard a exhalé son parfum.

12. Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe; il demeurera entre mes mamelles.

13. Mon bien-aimé est pour moi une grappe de cypre dans les vignes d'Engaddi.

14. Que tu es belle, mon amie! que tu es belle! Tes yeux sont comme ceux des colombes.

15. Que tu es beau, mon bien-aimé! que tu as de charmes! Notre lit est couvert de fleurs;

16. les solives de nos maisons sont de cèdre, nos lambris de cyprès.




“Deus não opera prodígios onde não há fé.” São Padre Pio de Pietrelcina