Found 15 Results for: Saraï

  • Or Abram et Nachor prirent des femmes. La femme d'Abram s'appelait Saraï, et celle de Nachor s'appelait Melcha fille d'Aran, qui fut père de Melcha et père de Jescha. (Genèse 11, 29)

  • Or Saraï était stérile, et elle n'avait point d'enfants. (Genèse 11, 30)

  • Tharé ayant donc pris Abram son fils, Lot son petit-fils, fils d'Aran, et Saraï sa belle-fille, femme d'Abram son fils, les fit sortir d'Ur en Chaldée, pour aller avec lui dans le pays de Chanaan; et étant venus jusques à Haran, ils y habitèrent. (Genèse 11, 31)

  • Il prit avec lui Saraï sa femme, et Lot, fils de son frère, tout le bien qu'ils possédaient, avec toutes les personnes dont ils avaient augmenté leur famille à Haran, et ils sortirent pour aller dans le pays de Chanaan. Lorsqu'ils y furent arrivés, (Genèse 12, 5)

  • Lorsqu'il était prêt d'entrer en Egypte, il dit à Saraï sa femme: Je sais que vous êtes belle; (Genèse 12, 11)

  • Mais le Seigneur frappa de très grandes plaies le Pharaon et sa maison, à cause de Saraï femme d'Abram. (Genèse 12, 17)

  • Or Saraï, femme d'Abram, ne lui avait point encore donné d'enfants; mais, ayant une servante égyptienne nommée Agar, (Genèse 16, 1)

  • Saraï prit sa servante Agar, qui était Egyptienne, et la donna pour femme à son mari, dix ans après qu'ils eurent commencé à demeurer au pays de Chanaan. (Genèse 16, 3)

  • Abram en usa selon le désir de Saraï. Mais Agar, voyant qu'elle avait conçu, commença à mépriser sa maîtresse. (Genèse 16, 4)

  • Alors Saraï dit à Abram: Vous agissez avec moi injustement. Je vous ai donné ma servante pour être votre femme; et voyant qu'elle est devenue grosse, elle me méprise. Que le Seigneur soit juge entre vous et moi. (Genèse 16, 5)

  • Abram lui répondit: Votre servante est entre vos mains; usez-en avec elle comme il vous plaira. Saraï l'ayant donc châtiée, Agar s'enfuit. (Genèse 16, 6)

  • Lui dit: Agar, servante de Saraï, d'où venez-vous? et où allez-vous? Elle répondit: Je fuis devant Saraï ma maîtresse. (Genèse 16, 8)


“A ingenuidade e’ uma virtude, mas apenas ate certo ponto; ela deve sempre ser acompanhada da prudência. A astúcia e a safadeza, por outro lado, são diabólicas e podem causar muito mal.” São Padre Pio de Pietrelcina