pronađen 51 Rezultati za: Antiocus

  • L'un de leurs descendants, Antiocus Epiphane, fils du roi Antiocus, fut particulièrement mauvais. Il avait été d'abord otage à Rome, mais en l'an cent trente sept de la royauté des Grecs, il monta sur le trône. (1 Maccabées 1, 10)

  • Lorsque Antiocus pensa avoir son royaume bien en mains, il voulut régner aussi sur l'Egypte et devenir ainsi le souverain des deux royaumes. (1 Maccabées 1, 16)

  • Antiocus s'empara des forteresses d'Egypte et fit main basse sur les richesses du pays. (1 Maccabées 1, 19)

  • Plein d'orgueil, Antiocus entra dans le sanctuaire, il enleva l'autel d'or, le chandelier sur lequel brille la lumière, avec tous les accessoires, (1 Maccabées 1, 21)

  • Antiocus entra dans une grande colère lorsqu'il l'apprit; il donna l'ordre de rassembler toutes les troupes de son royaume, une armée formidable. (1 Maccabées 3, 27)

  • Lysias devait prendre soin de son fils Antiocus jusqu'à son retour. (1 Maccabées 3, 33)

  • Le roi Antiocus parcourait les provinces de la montagne. Il entendit alors parler de la ville d'Elymaïs en Perse, célèbre pour ses richesses, son argent et son or. (1 Maccabées 6, 1)

  • Il lui donna sa couronne, son manteau et son anneau, pour qu'il prenne soin de l'éducation et de l'entretien de son fils Antiocus, pour le préparer au trône. (1 Maccabées 6, 15)

  • Le roi Antiocus mourut à cet endroit en l'an cent quarante neuf. (1 Maccabées 6, 16)

  • En apprenant sa mort, Lysias lui donna pour successeur son fils Antiocus qu'il avait élevé depuis son enfance et auquel il avait donné le surnom d'Eupator. (1 Maccabées 6, 17)

  • C'est alors que Lysias reçut des nouvelles de Philippe, celui que le roi Antiocus avait choisi alors qu'il était encore en vie pour élever son fils Antiocus et le préparer à régner. (1 Maccabées 6, 55)

  • En le voyant rentrer au royaume de ses ancêtres, l'armée s'empara d'Antiocus et de Lysias pour les lui amener. (1 Maccabées 7, 2)


“Subamos sem nos cansarmos, sob a celeste vista do Salvador. Distanciemo-nos das afeições terrenas. Despojemo-nos do homem velho e vistamo-nos do homem novo. Aspiremos à felicidade que nos está reservada.” São Padre Pio de Pietrelcina