Löydetty 390 Tulokset: frère

  • Elle enfanta de nouveau, et mit au monde son frère Abel. Or Abel fut pasteur de brebis, et Caïn agriculteur. (Genèse 4, 2)

  • Or Caïn dit à son frère Abel: Sortons dehors. Et lorsqu'ils furent dans les champs, Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua. (Genèse 4, 8)

  • Le Seigneur dit à Caïn: Où est votre frère Abel? Il Lui répondit: Je ne sais. Suis-je le gardien de mon frère? (Genèse 4, 9)

  • Le Seigneur lui repartit: Qu'avez-vous fait? La voix du sang de votre frère crie de la terre jusqu'à moi. (Genèse 4, 10)

  • Vous serez donc maintenant maudit sur la terre, qui a ouvert sa bouche, et qui a reçu de votre main le sang de votre frère. (Genèse 4, 11)

  • Son frère s'appelait Jubal: et il fut le père de ceux qui jouent de la harpe et de l'orgue. (Genèse 4, 21)

  • Car je vengerai votre sang de toutes les bêtes qui l'auront répandu, et je vengerai la vie de l'homme, de la main de l'homme, et de la main de son frère. (Genèse 9, 5)

  • Il naquit aussi des fils de Sem, qui fut le père de tous les enfants d'Héber, et le frère aîné de Japheth. (Genèse 10, 21)

  • Héber eut deux fils: l'un s'appela Phaleg, parce que de son temps la terre fut divisée; et son frère s'appelait Jectan. (Genèse 10, 25)

  • Il prit avec lui Saraï sa femme, et Lot, fils de son frère, tout le bien qu'ils possédaient, avec toutes les personnes dont ils avaient augmenté leur famille à Haran, et ils sortirent pour aller dans le pays de Chanaan. Lorsqu'ils y furent arrivés, (Genèse 12, 5)

  • Et ils emmenèrent aussi Lot, fils du frère d'Abram, qui demeurait dans Sodome, et tout ce qui était à lui. (Genèse 14, 12)

  • Et voici qu'un homme qui s'était échappé vint avertir Abram l'Hébreu, qui demeurait dans la vallée de Mambré l'Amorrhéen, frère d'Escol et frère d'Aner, qui tous trois avaient fait alliance avec Abram. (Genèse 14, 13)


“Menosprezai vossas tentações e não vos demoreis nelas. Imaginai estar na presença de Jesus. O crucificado se lança em vossos braços e mora no vosso coração. Beijai-Lhe a chaga do lado, dizendo: ‘Aqui está minha esperança; a fonte viva da minha felicidade. Seguro-vos, ó Jesus, e não me aparto de vós, até que me tenhais posto a salvo’”. São Padre Pio de Pietrelcina