1. Ce fameux Simon qui avait dénoncé le trésor et sa propre patrie commença à calomnier Onias: selon lui, c'était Onias qui avait fait attaquer Héliodore et qui était à l'origine de toutes les difficultés."

2. Il osait faire passer pour un ennemi de l'Etat celui qui était le bienfaiteur de la ville, le défenseur de ses compatriotes, et qui observait si fidèlement la Loi.

3. Cette haine alla si loin que des partisans de Simon commirent des attentats.

4. Onias comprit le danger de cette rivalité et vit qu'Apollonius, le gouverneur militaire de la Coelé-Syrie et de la Phénicie, encourageait la méchanceté de Simon.

5. C'est pourquoi il alla trouver le roi, non pour accuser ses compatriotes, mais parce qu'il était soucieux de l'intérêt général et du bien particulier de tout son peuple;

6. il voyait bien que sans une intervention du roi les affaires ne s'arrangeraient pas et Simon continuerait dans sa folie.

7. Séleucus était mort et Antiocus surnommé Epiphane lui avait succédé. Jason, frère d'Onias, s'empara alors du souverain pontificat.

8. Dans une rencontre avec le roi, il lui promit trois cent soixante talents d'argent et quatre-vingts talents venant d'autres revenus.

9. Il était prêt en outre à s'engager par écrit pour cent cinquante autres talents si on l'autorisait à construire de sa propre autorité et selon ses propres vues un gymnase et une école militaire et s'il pouvait donner à des habitants de Jérusalem le titre de "citoyens d'Antioche".

10. Le roi consentit à tout. Dès que Jason eut obtenu le pouvoir, il commença à introduire les habitudes grecques parmi ses concitoyens.

11. Il supprima les franchises que les rois avaient accordées aux Juifs par humanité, (elles avaient été obtenues par Jean, père de cet Eupolème qui plus tard fut envoyé en ambassadeur pour conclure un traité d'alliance et d'amitié avec les Romains). Il supprima aussi les institutions légitimes et il établit des coutumes contraires à la Loi.

12. Il se fit un plaisir de construire un gymnase au pied même de l'acropole, et il entraîna les meilleurs des jeunes gens dans les exercices du gymnase.

13. Complètement perverti, Jason se conduisait comme un impie et non comme un grand prêtre. Vivre à la grecque devint une mode, et ce fut une invasion de coutumes étrangères.

14. Les prêtres ne montraient plus aucun soin pour le service de l'autel, ils méprisaient le Temple et négligeaient les sacrifices: dès qu'ils entendaient l'appel pour le lancement du disque, ils couraient au terrain de sport pour prendre part aux compétitions, ce qui était interdit par la Loi.

15. Ils se moquaient bien des valeurs traditionnelles, mais ils étaient convaincus de la supériorité grecque.

16. Ils allaient ainsi au-devant de situations difficiles, car ceux-là mêmes dont ils cherchaient à copier les manières de vivre et auxquels ils voulaient ressembler en tous points, allaient devenir leurs ennemis et leurs bourreaux.

17. La période suivante montrera bien qu'on ne viole pas sans châtiment les lois divines.

18. Comme on célébrait à Tyr, en présence du roi, les jeux qui se déroulaient tous les quatre ans,

19. le méprisable Jason envoya comme délégués de Jérusalem des "citoyens d'Antioche" qui portaient avec eux trois cents drachmes d'argent pour le sacrifice en l'honneur d'Héraclès. Heureusement, ceux qui portaient cet argent ne voulurent pas le donner pour le sacrifice, pensant que ce n'était pas convenable, et demandèrent qu'on en fasse un autre usage.

20. Ainsi l'argent destiné par Jason au sacrifice en l'honneur d'Héraclès fut affecté à la construction de navires de guerre grâce à cette demande de ceux qui l'apportaient.

21. Apollonius fils de Ménestée avait été envoyé en Egypte pour assister au mariage du roi Philométor. Antiocus apprit que ce roi était devenu hostile à sa politique et il se préoccupa de sa propre sécurité; c'est pourquoi il vint à Joppé, d'où il gagna Jérusalem.

22. Jason et la ville le reçurent solennellement, il fit son entrée à la lumière des torches et au milieu des acclamations; après quoi il partit avec ses troupes vers la Phénicie.

23. Au bout de trois ans, Jason envoya Ménélas, le frère du Simon dont on a parlé plus haut, pour porter l'argent au roi et régler un certain nombre de problèmes importants.

24. Ménélas se fit recommander auprès du roi et se présenta comme un homme important; il lui offrit trois cents talents d'argent de plus que ne l'avait fait Jason et se fit attribuer le souverain pontificat.

25. Après avoir reçu les lettres royales confirmant sa charge, il repartit; il n'avait rien pour mériter ce titre de grand prêtre et il n'apportait avec lui que la violence d'un tyran cruel et la rage d'une bête sauvage.

26. Ainsi Jason, qui avait pris la place de son frère, voyait aujourd'hui un autre prendre sa place et l'obliger à fuir en Ammanitide.

27. Ménélas s'empara du pouvoir, mais il ne versa rien de l'argent qu'il avait promis au roi

28. en dépit des réclamations de Sostrate, préfet de la forteresse, qui était chargé de percevoir les impôts. C'est pourquoi ils furent tous les deux convoqués par le roi.

29. Ménélas laissa pour le remplacer comme grand prêtre son frère Lysimaque, et Sostrate laissa Kratès, le chef des Chypriotes.

30. C'est alors que les habitants de Tarse et de Mallos se révoltèrent, car leur ville avait été donnée en cadeau à Antiokis, la concubine du roi.

31. Le roi partit au plus vite pour régler cette affaire et laissa Andronique, grand fonctionnaire, pour le remplacer.

32. Ménélas pensa que c'était le bon moment pour voler quelques vases d'or dans le Sanctuaire et les offrir à Andronique; il réussit à en vendre d'autres à Tyr et dans les villes voisines.

33. Lorsque Onias le sut de façon certaine, il alla se réfugier dans un lieu d'asile, à Daphné près d'Antioche, et de là il le dénonça.

34. C'est pourquoi Ménélas prit à part Andronique et le pressa d'assassiner Onias; Andronique vint donc trouver Onias de mauvaise foi, il lui prêta serment en lui tendant la main droite et le décida ainsi, malgré ses soupçons, à sortir de son asile; et aussitôt il le mit à mort sans le moindre respect pour la justice.

35. C'est pourquoi, non seulement les Juifs, mais aussi beaucoup parmi les non-Juifs, furent indignés et trouvèrent scandaleux l'assassinat criminel de cet homme.

36. Lorsque le roi rentra de la région de Cilicie, les Juifs de la ville et les Grecs qui avaient comme eux le mal en horreur, vinrent le trouver à propos de l'assassinat injuste d'Onias.

37. Se rappelant la sagesse et la vie irréprochable de la victime, Antiocus pleura, tant il était peiné, ému au plus profond de lui-même:

38. Puis il fut pris de colère, il retira à Andronique sa charge et lui fit déchirer les vêtements; il fit conduire ce meurtrier par toute la ville et le fit mettre à mort à l'endroit même où il avait assassiné injustement Onias; c'est ainsi que le Seigneur le frappa d'un juste châtiment.

39. Pendant ce temps Lysimaque, en accord avec Ménélas, avait commis un grand nombre de vols sacrilèges dans la ville. Comme le bruit s'en répandait au-dehors, le peuple se souleva contre Lysimaque après que beaucoup d'objets d'or avaient déjà été dispersés.

40. Pour réprimer le soulèvement du peuple en colère, Lysimaque arma près de trois mille hommes et prit l'initiative de la violence; il avait mis à leur tête un certain Auranos, aussi fou qu'il était vieux.

41. Quand ils se virent attaqués par Lysimaque, les uns ramassèrent des pierres, les autres des bâtons, d'autres encore prirent à pleines mains la cendre qui se trouvait là, et tous se jetèrent dans la bagarre contre les gens de Lysimaque,

42. à tel point qu'ils firent beaucoup de blessés et un certain nombre de morts; ils mirent le reste en fuite et massacrèrent près du trésor le voleur sacrilège.

43. On engagea un procès contre Ménélas à propos de tous ces faits.

44. Lorsque le roi arriva à Tyr, trois hommes envoyés par les anciens lui exposèrent leur cause.

45. Se voyant alors perdu, Ménélas promit une grosse somme d'argent à Ptolémée, fils de Dorimène, pour qu'il lui obtienne le secours du roi.

46. Ptolémée emmena le roi sous la colonnade, sous prétexte de prendre le frais, et il le fit changer de décision.

47. Le roi déclara Ménélas innocent de toutes ces accusations alors qu'il était responsable de tous les maux, et il condamna à mort des malheureux qui auraient été déclarés innocents, même devant des barbares.

48. Ces hommes qui avaient pris la défense de la ville, du peuple et des objets sacrés, subirent sans attendre cette peine injuste.

49. Les habitants de Tyr eux-mêmes en furent scandalisés et ils firent aux victimes des funérailles solennelles.

50. Quant à Ménélas, il conserva sa charge grâce aux gens en place qui n'avaient de considération que pour l'argent; il grandissait en méchanceté et en cruauté, il était le fléau de ses compatriotes.



Livros sugeridos


“Não sejamos mesquinhos com Deus que tanto nos enriquece.” São Padre Pio de Pietrelcina

Newsletter

Receba as novidades, artigos e noticias deste portal.