1. Voici les lois que tu leur donneras :

2. Quand tu achèteras un serviteur hébreu, il servira six années ; la septième année, il sortira libre, sans rien payer.

3. S'il est entré seul, il sortira seul ; s'il avait une femme, sa femme sortira avec lui.

4. Mais si c'est son maître qui lui a donné une femme, et qu'elle lui ait enfanté des fils et des filles, la femme et ses enfants appartiendront à son maître, et il sortira seul.

5. Si le serviteur dit : "J'aime mon maître, ma femme et mes enfants ; je ne veux pas sortir libre",

6. alors son maître le conduira devant Dieu ; puis, l'ayant fait approcher de la porte ou du poteau, son maître lui percera l'oreille avec un poinçon, et le serviteur sera pour toujours à son service.

7. Lorsqu'un homme aura vendu sa fille pour être servante, elle ne sortira point comme sortent les serviteurs.

8. Si elle déplaît à son maître, qui se l'était destinée, il permettra qu'on la rachète ; mais il ne pourra pas la vendre à des étrangers, après lui avoir été infidèle.

9. S'il la destine à son fils, il la traitera selon le droit des filles.

10. Et s'il prend une autre femme, il ne retranchera rien à la première pour la nourriture, le vêtement et le couvert.

11. Et s'il ne fait pas pour elle ces trois choses, elle pourra sortir sans rien payer, sans donner d'argent.

12. Celui qui frappe un homme à mort doit être mis à mort.

13. Mais s'il ne lui a pas tendu d'embûches et que Dieu l'ait présenté à sa main, je te fixerai un lieu où il pourra se réfugier.

14. Mais si un homme agit méchamment contre son prochain pour le tuer par ruse, tu l'arracheras même de mon autel pour le faire mourir.

15. Celui qui frappe son père ou sa mère doit être mis à mort.

16. Celui qui dérobe un homme, soit qu'il le vende, soit qu'on le retrouve entre ses mains, doit être mis à mort.

17. Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort.

18. Lorsque des hommes se querellent, et que l'un en frappe un autre avec une pierre ou avec le poing, sans causer sa mort, mais en l'obligeant à tenir le lit,

19. celui qui l'aura frappé sera quitte, si l'autre en relève et qu'il puisse se promener, dehors avec son bâton ; seulement, il le dédommagera de son chômage et il le fera soigner.

20. Quand un homme frappe du bâton son serviteur ou sa servante, et que ceux-ci meurent sous sa main, ils seront vengés.

21. Mais si le serviteur survit un jour ou deux, il ne sera pas vengé ; car il est la propriété de son maître.

22. Lorsque des hommes se battent, et qu'ils heurtent une femme enceinte, s'ils la font accoucher, sans autre accident, le coupable sera passible d'une amende que lui imposera le mari de la femme, et qu'il paiera selon la décision des juges.

23. Mais s'il y a un accident, tu donneras vie pour vie, oeil pour oeil, dent pour dent,

24. main pour main, pied pour pied,

25. brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure.

26. Si un homme donne un coup dans l'oeil de son serviteur ou de sa servante, et qu'il lui fasse perdre l'oeil, il le mettra en liberté en compensation de son oeil.

27. Et s'il fait tomber une dent à son serviteur ou à sa servante, il le mettra en liberté en compensation de sa dent.

28. Si un boeuf frappe de sa corne un homme ou une femme, et que la mort s'en suive, le boeuf sera lapidé, on n'en mangera pas la chair, mais le maître du boeuf sera quitte.

29. Mais si le boeuf frappait de la corne depuis longtemps, et que son maître, en ayant été averti, ne l'ait pas surveillé, le boeuf sera lapidé, s'il tue un homme ou une femme, et son maître aussi sera mis à mort.

30. Si on impose au maître un prix pour le rachat de sa vie, il paiera tout ce qui lui aura été imposé.

31. Si le boeuf frappe un fils ou une fille, on appliquera encore cette loi;

32. mais si le boeuf frappe un serviteur ou une servante, on paiera trente sicles d'argent au maître de l'esclave, et le boeuf sera lapidé.

33. Si un homme ouvre une citerne, ou bien si un homme creuse une citerne et ne la couvre pas, et qu'il y tombe un boeuf ou un âne, le possesseur de la citerne indemnisera :

34. il rendra au maître la valeur de la bête en argent, et la bête tuée sera pour lui.

35. Si le boeuf d'un homme frappe de la corne le boeuf d'un autre homme, et que la mort s'en suive, ils vendront le boeuf vivant et s'en partageront le prix; ils se partageront aussi le boeuf tué.

36. Mais s'il est reconnu que le boeuf frappait de la corne depuis longtemps, et que son maître ne l'ait pas surveillé, celui-ci indemnisera en donnant boeuf pour boeuf, et le boeuf tué sera pour lui.

37. Si un homme dérobe un boeuf ou un agneau et qu'il l'égorge ou le vende, il restituera cinq boeufs pour le boeuf, et quatre agneaux pour l'agneau.



Livros sugeridos


“Para que se preocupar com o caminho pelo qual Jesus quer que você chegue à pátria celeste – pelo deserto ou pelo campo – quando tanto por um como por outro se chegará da mesma forma à beatitude eterna?” São Padre Pio de Pietrelcina

Newsletter

Receba as novidades, artigos e noticias deste portal.