1. De Séla, proche du désert, on envoie les agneaux au mont de la fille de Sion: ne sont-ils pas seigneurs du pays?

2. Comme des oiseaux errants, qu'on a chassés du nid les filles de Moab s'arrêtent aux gués de l'Arnon.

3. On leur fait dire: Tenez un conseil, prenez une décision: que même en plein midi ton ombre vaille celle de la nuit, cache les exilés, ne trahis pas les fugitifs.

4. Que les exilés de Moab puissent se réfugier chez toi, sois leur asile face au pillard, le temps que disparaisse l'oppresseur que la destruction prenne fin et que celui qui piétine abandonne le pays,

5. (Oui, le trône sera rétabli, stable grâce à l'esprit de bonté. Un chef aimant le droit, passionné de justice, siégera sur ce trône en toute loyauté dans la tente de David.)

6. Nous en savons assez sur l'orgueil de Moab, du très orgueilleux Moab, sur ses prétentions, son insolence, sa fierté et ses bavardages qui ne mènent à rien.

7. Laissons Moab se lamenter sur Moab, laissons le pays à ses pleurs. Abattus, vous gémissez, vous regrettez vos gâteaux de raisins de Kir-Ha-Résset.

8. Les vignobles d'Heshbon se flétrissent, les rois des nations ont saccagé les beaux raisins des vignes de Sibma. Elles s'étendaient jadis jusqu'à Yaser, elles s'avançaient jusqu'au désert, leurs rejetons s'allongeaient au-delà de la mer.

9. C'est pourquoi je prends part au deuil de Yaser, pour ses vignes de Sibma. Je verse sur vous mes larmes, Heshbon, Eléalé. Car on n'entend plus le chant du paysan ni sur ta récolte, ni sur ta moisson.

10. La joie et la fête ont disparu de tes vergers: plus un chant, plus une clameur dans tes vignes! Nul déjà ne foule le raisin dans tes cuves, c'est fini de leurs cris joyeux.

11. Voilà pourquoi, pensant à Moab, je sens mes intérieurs vibrer comme une harpe et mon coeur en moi frémit pour Kir-Hérès.

12. Moab peut venir et s'agiter sur le haut-lieu, entrer dans son temple pour prier, cela ne changera rien.

13. C'est là la parole que Yahvé prononça jadis au sujet de Moab.

14. Et maintenant Yahvé dit ceci: Encore trois années comptées comme celles d'un salarié, et toute la gloire de Moab, de ce peuple nombreux, sera par terre; ce qui en restera sera peu de chose et de peu de valeur.



Livros sugeridos


“O Anjo de Deus não nos abandona jamais.” São Padre Pio de Pietrelcina

Newsletter

Receba as novidades, artigos e noticias deste portal.