1. Voici les lois que tu leur dicteras:

2. Si tu achètes un esclave hébreu, il te servira pendant six ans, et la septième année il partira libre, sans payer de rançon.

3. S'il est entré seul à ton service, il partira seul. S'il était marié, sa femme partira avec lui.

4. Si son maître lui a donné une femme qui lui a enfanté des fils ou des filles, la femme et les enfants appartiennent au maître, l'esclave partira seul.

5. Mais si l'esclave dit: J'aime mon maître, ma femme et mes enfants, je ne veux pas profiter de ma liberté,

6. son maître le fera approcher de Dieu. Il le conduira vers le battant ou le montant de la porte, et là son maître lui percera l'oreille avec un poinçon; dès lors il restera pour toujours à son service.

7. Si un homme a vendu sa fille comme esclave, elle ne partira pas comme n'importe quelle esclave.

8. Si elle ne plaît pas à son maître qui devait la prendre, et qu'il la laisse racheter, il ne pourra pas la vendre à un étranger après lui avoir manqué de parole.

9. S'il la donne à son fils, il agira envers elle selon le droit des filles.

10. S'il en prend une autre pour lui, il ne retranchera rien sur sa nourriture, sur ses vêtements ou sur son logement.

11. Et s'il ne fait pas pour elle ces trois choses, elle pourra partir sans payer de rançon, sans verser d'argent.

12. Celui qui frappe quelqu'un et cause sa mort, devra mourir.

13. S'il l'a tué involontairement, simplement parce que Dieu a disposé les choses ainsi, il pourra se mettre à l'abri de la vengeance dans un lieu que je te fixerai.

14. Par contre, si un homme se jette sur son prochain pour le tuer par traîtrise, tu iras le chercher, même réfugié près de mon autel, et tu le mettras à mort.

15. Celui qui frappe son père ou sa mère sera mis à mort.

16. Celui qui a enlevé quelqu'un pour le vendre, si on le trouve chez lui, il sera mis à mort.

17. Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort.

18. Si, au cours d'une querelle, un homme en frappe un autre avec une pierre ou avec le poing, et que celui-ci ne meurt pas mais doit rester au lit;

19. si ensuite le blessé peut se lever et se promener dehors avec une canne, celui qui l'a frappé sera quitte. Mais il devra le dédommager pour son immobilisation et pour ses soins.

20. Si un homme frappe son esclave ou sa servante avec un bâton et que l'autre meure sur le coup, l'esclave sera vengé.

21. Mais s'il vit encore un jour ou deux, on ne le vengera pas, car il est la propriété de son maître.

22. Si, en se battant, des hommes bousculent une femme enceinte et qu'elle avorte sans autre dommage, le mari de la femme fixera l'amende, et le coupable paiera selon la décision des juges.

23. Mais s'il arrive un malheur, tu paieras vie pour vie,

24. oeil pour oeil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied,

25. brûlure pour brûlure, blessure pour bles- sure, plaie pour plaie.

26. Si un homme a frappé son esclave ou sa servante à l'oeil, et que l'oeil soit perdu, il lui rendra la liberté en échange de son oeil.

27. S'il a fait tomber une dent de son esclave ou de sa servante, il lui rendra la liberté en échange de sa dent.

28. Si un boeuf blesse avec sa corne un homme ou une femme, et que la victime meure, le boeuf sera lapidé. On ne mangera pas sa viande, mais le propriétaire du boeuf sera quitte.

29. Mais si un boeuf depuis quelque temps donnait des coups de cornes, et que son maître le savait et ne l'a pas surveillé, si ce boeuf cause la mort d'un homme ou d'une femme, le boeuf sera lapidé et le maître sera mis à mort.

30. Si cependant on lui permet de racheter sa vie à prix d'argent, il paiera tout ce qui lui sera demandé.

31. Si le boeuf blesse de sa corne un fils ou une fille, on agira de la même façon.

32. Mais si c'est un esclave ou une servante que le boeuf a blessé de sa corne, on paiera trente pièces d'argent au maître de l'esclave et le boeuf sera lapidé.

33. Si un homme a laissé une citerne ouverte, ou s'il a creusé une citerne sans la recouvrir, et qu'un boeuf ou un âne y tombe,

34. le propriétaire de la citerne versera une indemnité en argent au maître de la bête et gardera la bête pour lui.

35. Si quelqu'un a eu son boeuf mortellement blessé par le boeuf de quelqu'un d'autre, ils vendront le boeuf vivant et se partageront l'argent de la vente ainsi que la bête morte.

36. Mais s'il est connu que depuis quelque temps le boeuf donnait des coups de cornes, et que son maître ne l'a pas surveillé, il devra payer boeuf pour boeuf et la bête morte sera pour lui.

37. Si un homme vole un boeuf ou une brebis, puis l'égorge et le vend, il paiera cinq têtes de gros bétail pour le boeuf, et quatre de petit bétail pour la brebis.



Livros sugeridos


“Para que se preocupar com o caminho pelo qual Jesus quer que você chegue à pátria celeste – pelo deserto ou pelo campo – quando tanto por um como por outro se chegará da mesma forma à beatitude eterna?” São Padre Pio de Pietrelcina

Newsletter

Receba as novidades, artigos e noticias deste portal.