1. Vers ce temps-là Antiocus était revenu fort humilié des régions de la Perse.

2. En effet il était allé jusqu'à une ville du nom de Persépolis, il avait essayé de piller le temple et de soumettre la ville, mais la foule s'était soulevée contre lui. Elle avait pris les armes et Antiocus, mis en fuite par les habitants du pays, avait dû se retirer sans gloire.

3. Comme il était dans la région d'Ekbatane, il apprit ce qui était arrivé à Nicanor et à l'armée de Timothée.

4. Fou de colère, il pensait faire payer aux Juifs l'audace de ceux qui l'avaient obligé à fuir. Il ordonna donc au conducteur de son char de rouler sans s'arrêter pour arriver au plus tôt; mais la vengeance du ciel le poursuivait, car dans son orgueil il avait dit: "Aussitôt arrivé à Jérusalem, je ferai de cette ville le tombeau des Juifs."

5. Mais voici que le Seigneur Dieu d'Israël, qui voit toute chose, le frappa d'une plaie incurable et horrible à voir. Il venait à peine de prononcer cette parole qu'il fut atteint d'un mal d'intestins sans espoir de guérison, avec des douleurs aiguës dans le ventre.

6. C'était bien juste, car il avait déchiré les entrailles des autres dans des supplices cruels et incroyables.

7. Cependant, son insolence ne diminuait pas pour autant et, toujours rempli d'orgueil, il laissait aller contre les Juifs le feu de sa colère, ordonnant d'accélérer la marche. Soudain, dans un grand bruit, il tomba de son char en pleine course, et la chute fut si violente que tous les membres de son corps en furent disloqués.

8. Lui qui tout à l'heure se prenait pour un surhomme, prêt à commander aux flots de la mer ou à peser dans une balance la masse des montagnes, il était maintenant jeté à terre; on l'emporta sur un brancard et la puissance de Dieu éclata aux yeux de tous.

9. Des vers sortaient du corps de cet impie alors qu'il vivait encore, ses chairs s'en allaient en lambeaux avec d'atroces douleurs, et l'odeur de pourriture qui sortait de lui incommodait toute l'armée.

10. A cause de cette odeur insupportable, plus personne maintenant ne pouvait rester auprès de celui qui autrefois semblait toucher aux astres du ciel.

11. Alors, au milieu de ses terribles souffrances, il commença à revenir de son grand orgueil et à reconnaître lui-même sa condition sous le fouet divin qui à chaque moment redoublait ses douleurs.

12. Lui-même ne pouvait plus supporter sa propre odeur, il reconnut: "Il est juste de se soumettre à Dieu et de ne pas s'égaler à la Divinité quand on est un simple mortel."

13. Cet homme souillé fit alors un voeu au Maître qui, à cette heure, ne devait plus avoir pitié de lui.

14. Il promettait de déclarer libre cette Ville Sainte vers laquelle il s'était hâté de revenir pour la raser et en faire le tombeau de ses habitants.

15. Il promettait de donner à tous les Juifs les mêmes droits qu'aux Athéniens, alors que peu avant il ne les jugeait pas dignes de sépulture et qu'il les donnait déjà, eux et leurs enfants, en pâture aux oiseaux de proie et aux bêtes féroces.

16. Il promettait d'orner des plus belles offrandes le Temple Saint qu'il avait jadis dépouillé, de lui rendre et bien au-delà, tous les objets sacrés et d'assurer sur ses propres revenus les frais des sacrifices.

17. Plus encore, il promettait de se faire Juif et de parcourir tous les lieux habités pour y proclamer la toute-puissance de Dieu.

18. Mais ses souffrances ne se calmèrent pas pour autant, car le juste jugement de Dieu s'était abattu sur lui; alors, se voyant dans un état désespéré, il écrivit aux Juifs cette lettre qui ressemblait à une supplication et qui était rédigée ainsi:

19. "Le roi et général Antiocus salue les Juifs, ses excellents citoyens, et leur souhaite santé et bonheur parfaits.

20. Si vous et vos enfants vous portez bien, si vos affaires vont comme vous le souhaitez, j'en rends grâce au Ciel

21. car je me rappelle avec affection les marques d'honneur et de bonté que j'ai reçues de vous. A mon retour des régions de Perse, je suis tombé dans une cruelle maladie et je crois nécessaire de me préoccuper de votre avenir à tous.

22. Ce n'est pas que je désespère de guérir, j'ai même bon espoir de sortir de cette maladie;

23. mais je repense à mon père qui désignait son successeur lorsqu'il partait en campagne dans les provinces lointaines.

24. Il voulait en effet qu'en cas d'un malheur imprévu ou d'une pénible nouvelle, les gens du royaume ne soient pas déconcertés, mais qu'ils sachent à qui le gouvernement était remis.

25. Je pense par ailleurs que les rois voisins et les princes des Etats qui m'entourent guettent les occasions et sont à l'affût de tout ce qui peut arriver. C'est pourquoi j'ai désigné comme roi mon fils Antiocus. Plus d'une fois, lorsque je parcourais les provinces lointaines, je l'ai recommandé à la plupart d'entre vous et je lui ai écrit la lettre recopiée ci-dessous.

26. Je vous demande donc et je vous prie de vous rappeler les bienfaits que vous avez reçus de moi, tous ensemble ou en particulier, et de nous conserver votre bienveillance, à moi comme à mon fils.

27. Je suis certain qu'il poursuivra avec modération et humanité ma politique à votre égard et qu'il se montrera bienveillant envers vous."

28. C'est ainsi que cet assassin, ce blasphémateur, passa par de terribles souffrances, comme il en avait fait subir aux autres, avant de mourir d'une mort misérable sur une terre étrangère, au milieu des montagnes.

29. Philippe, son compagnon d'enfance, fit emporter son corps; puis il se réfugia en Egypte auprès de Ptolémée Philométor, car il craignait le jeune Antiocus.



Livros sugeridos


“Temos muita facilidade para pedir, mas não para agradecer”. São Padre Pio de Pietrelcina

Newsletter

Receba as novidades, artigos e noticias deste portal.